Louis Théodore BERTHON (Tours 1776 - 1859)…

Lot 36
8 000 - 10 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Louis Théodore BERTHON (Tours 1776 - 1859)…

Louis Théodore BERTHON (Tours 1776 - 1859) Portrait d’Alexandre Röettiers de Montaleau (1748-1808) Toile 60 x 48,5 cm On y joint la lithographie correspondante. Alexandre Roëttiers de Montaleau est le fils de Jacques Roëttiers de la Tour, ancien graveur général des monnaies de la Grande-Bretagne qui avait été investi en 1732 de la charge d’orfèvre du Roi de France et devait recevoir en 1772 un diplôme confirmatif de noblesse. Du côté maternel, il est le petit-fils de l’orfèvre du roi, Nicolas Besnier. Il est le frère de Jacques-Nicolas, orfèvre également et créateur en 1770-1771 du service Orloff commandé par Catherine II. Très attaché aux Stuarts, notamment par le soutien de Jacques François Stuart et Jacques II, la famille Roëttiers de Montaleau est donc dans la tradition jacobite. Après avoir étudié le dessin, la peinture et la gravure, Roëttiers de Montaleau devient graveur général des monnaies, et en 1772, il succède à son père dans la charge d’orfèvre du roi, mais y renonça pour un office de conseiller auditeur à la Chambre des comptes. Il est maître de cette chambre depuis 1787 quand, le 30 août 1791, on le nomma directeur à la Monnaie de Paris. Appartenant à une célèbre dynastie d’orfèvres, Röettiers de Montaleau tient une place fondamentale dans l’histoire de la Franc-maçonnerie. Initié en 1775, il sauve l’obédience sous la Révolution et fixe le rite français moderne. Il est Grand maître du Grand Orient de France de 1795 à 1804. Autres charges notables dans les années 1790, il fut nommé graveur général des monnaies, puis directeur de la Monnaie. Ce portrait a servi de modèle à Jean-François Garneray pour le portrait du maître conservé à Paris, au musée de la Franc-maçonnerie.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue