Le 9 mars prochain la maison de ventes Magnin Wedry dispersera à Drouot la collection de Claude et Danielle Renner. 

Riche de plus de 350 pièces cette ensemble témoigne de l’évolution de la médecine du XVIIe au début du XXe siècle. 

Constituée pendant 40 ans par un couple de collectionneur passionné et éclairé, cette collection regroupe aussi bien des objets médicaux tels que des coffrets chirurgicaux ou le premier stéthoscope de Laennec que des pots à pharmacie, des étains ou encore différents objets pour les soins aux malades. 

C’est un voyage dans l’histoire de la médecine auquel vous invite cette vente.

CLAUDE ET DANIELE RENNER – COLLECTIONNEUR DANS L’ÂME

Claude Renner, cardiologue de profession, a une tendresse particulière pour les faïences. Danièlle est une collectionneuse dans l’âme
, après s’être intéressée aux soupières de mariage, puis aux moulins à café, elle a finalement jeté son dévolu sur les étains pharmaceutiques, rejoignant ainsi les goûts de son mari. Tous deux ont réuni au fil du temps une exceptionnelle collection constituée de l’ensemble des objets et instruments médicaux du XVIIe au début du XXe. 

Petits pots à onguent et à thériaque, canards, palettes à saignées, urinaux, clystères, irrigateurs Eguisier, biberons, crachoirs, pots à sangsues, mortiers et plats à barbe côtoient les faïences et majoliques de Sicile, Lyon, Venise, Palerme…
Un stéthoscope de Lannec ayant appartenu au docteur Gilopieu vers 1819, des modèles de Cammann des États-Unis, de John Creery Ferguson en Angleterre et de Piorry en France témoignent de l’évolution de l’auscultation au XIXe. Au service de la chirurgie, des coffrets d’intubations de L &J Rainal frères à Paris, de Lithotropie par Charriere à Paris vers 1840, de trépanation datant XVIIIe, d’ophtalmologie, Angleterre 1840 et le nécessaire opératoire du Docteur Segalen du début du XXe nous permettront de découvrir les différentes techniques de l’époque. 
La collection comprend également des bistouris et des scalpels XVIIIe, des aiguilles, des seringues de la maison Charriere et Colin XIXe, un aspirateur du docteur Potain ainsi que plusieurs instruments ophtalmologie et gynécologie.

Claude et Danièlle ont toujours essayé de privilégier ces ensembles historiques pour la cohérence de leur collection. Comprendre l’histoire de la pharmacie et de la médecine au travers d’objets emblématiques et originaux. Cette volonté se voit notamment dans la collection d’étains dénichés en grande partie par Danièle, objets d’autant plus précieux que beaucoup ont disparu au XVIIIe siècle suite à un décret préconisant de les remplacer par la faïence, pour des raisons de santé publique. Chevrettes, biberons, canards et pots à onguents prennent alors tous leur sens. Objets du quotidien des malades, ils racontent chacun une histoire que l’on peut deviner en regardant les poinçons insculpés par le fabricant et la ville ou l’inscription au nom de l’apothicaire. Les hôtels-Dieu avaient eux aussi leur propre poinçon, non de contrôle (car les établissements religieux étaient exonérés d’impôt) mais de propriété, ce qui permet aujourd’hui de retracer, beaucoup plus facilement que pour les faïences, la provenance de nombreux étains hospitaliers. 

Claude Renner a d’ailleurs publié à leur sujet un petit ouvrage explicatif intitulé « Histoire Illustrée des Étains Médicaux » (Egv-Editions, 2010).

GRAND ALBARELLO à décor de feuillage sur fond bleu, un profil enturbanné et un jeune homme à la collerette et au chapeau dans des médaillons. 
Venise, XVIe siècle
Estimation : 4 000€

ALBARELLO EN MAJOLIQUE à décor de phylactères sur fond bleu et blason dans un écusson avec blason. 
Trapani, Sicile, XVlle siècle
Estimation : 4 000 €

SAUPOUDREUSE de forme cylindrique le fût à décor de fleurs de lys. Maître G Troche. 
Fin XVlle siècle
Estimation : 2 000 €

ENSEMBLE DE 13 PICHETS EN ÉTAIN. 
Paris Fin XVII - XVllle siècle 
Maitre orfèvres : J B Boicervoise ; M Colas ; J M Anteaume ; J N Marchand ; J Loiseau ; J L Bardel
Estimation : 5 200 €

LAENNEC inventeur et fabricant, modèle vissé en bois de cèdre ayant appartenu au docteur GILOPIEU.
Ca 1819-1826, France 
Dim. : 31,5 x 4,1cm
Estimation : 5 000 €
René-Théophile-Marie-Hyacinthe Laennec , plus connu sous le nom de René Laennec, (1781- 1826) est un médecin français, créateur du diagnostic médical par auscultation (Traité de l’auscultation médiate, 1819) grâce à l’invention du stéthoscope.
Par un après-midi d’octobre de 1815, il passe sous les guichets du Louvre. Des enfants jouent dans la cour parmi des décombres. Un gamin gratte l’extrémité d’une longue poutre avec la pointe d’une épingle. À l’autre extrémité, l’oreille collée à la poutre, les enfants recueillent les sons, se bousculent pour entendre, et rient de la découverte. Il s’arrête devant les enfants qui venaient de lui donner la réponse au problème qu’il se posait depuis longtemps.
Parvenu au chevet d’une jeune cardiaque, il demande une feuille de papier à lettre, la roule en cylindre, appuie une extrémité contre la poitrine de la patiente et l’autre contre sa propre oreille. Et voici que le double bruit du coeur et celui de la respiration lui parvient avec netteté. L’auscultation est inventée.
C’est lui qui a donné à cet instrument d’auscultation médiate le nom de « stéthoscope », qui est dérivé du grec (stethos signifiant « poitrine »). 
Laennec a découvert toute la sémiologie pulmonaire et a fait faire à la médecine un bond prodigieux. Sa classification des bruits d’auscultation (Ronchi (médecine), râles crépitants…) est toujours utilisée par les médecins.
En février 1818, il présente ses découvertes dans un discours à l’Académie des sciences, et en 1819, il publie son Traité d’auscultation médiate où il classe les bruits émis dans le thorax.


CHIRURGIE 
Nécessaire opératoire du docteur Segalen, fabrication de Mathieu 118 bd Saint Germain, acajou et ébène, France, Circa 1900 
Dim. : 52,8 x 28,4 x 14,5cm
Estimation : 4 500 €

ASPIRATEUR DU DOCTEUR POTAIN, dans un coffret en cuir noir et sa notice d’emploi. 
Fin XIXe siècle
Estimation : 800€
L’aspirateur de Potain est un appareil à aspiration comportant une canule reliée à un flacon dans lequel on réalise une dépression à l’aide d’une pompe, utilisée pour évacuer l’épanchement de certaines pleurésies. 
Carl Pierre Édouard Potain, né le 19 juillet 1825 à Paris est un cardiologue français, connu pour ses travaux sur la mesure de la pression artérielle.
En 1853, Carl Pierre Édouard Potain obtient son doctorat de l’Université de Paris. Il travaille ensuite comme assistant de Jules Baillarger à l’asile d’aliénés d’Ivry puis chef de clinique à la Charité dans le service de Jean-Baptiste Bouillaud (1796-1881) qui eut une influence majeure dans sa carrière.
En 1861, il est nommé Médecin des Hôpitaux de Paris.En 1875, il est professeur titulaire de pathologie médicale, puis de clinique médicale. 
Ses travaux portent essentiellement sur les maladies cardio-vasculaires et différentes mesures et examens dans le domaine de la cardiologie. En 1889, il améliore et simplifie, avec l’aide de Marey, le tensiomètre, dispositif servant à mesurer la pression artérielle, inventé en 1876 par Samuel Siegfried Carl von Basch (en) (1837-1905). 
Avec Jean-Baptiste Bouillaud, il étudie aussi les manifestations veineuses (veine jugulaire) de l’arrêt cardiaque, les bruits du coeur dans l’insuffisance cardiaque (bruit de galop), les souffles extra-cardiaques. Il développe les analyses auscultatoires et les enregistrements graphiques.


AMPUTATION 
Coffret rectangulaire en bois à deux plateaux avec instrument pour l’amputation. 
Signé Charrière à Paris. XIXème siècle
Estimation : 1 800€
Joseph-Frédéric-Benoît Charrière, né le 19 mars 1803 à Cerniat dans le canton de Fribourg (Suisse),
Dès ses 13 ans, il entre en apprentissage à Paris chez un fabricant de couteaux. En 1820 il établit une société de fabrication d’instruments chirurgicaux qui comptait environ 400 employés autour de 1840. Il devient le fournisseur personnel de Guillaume Dupuytren. Charrière obtient en 1843 la nationalité française
Parmi ses disciples on trouve Georges-Guillaume-Amatus Lüer, Louis-Joseph Mathieu et Adolphe Collin à Paris, Josef Leiter à Vienne ou encore Camillus Nyrop à Copenhague. 
Il donne son nom au système de calibrage des endoscopes et cathéters 1 Charrière = 1/3 mm.


AUZOUX. COEUR. 
Modèle anatomique démontable (anatomie clastique) Etablissements du Docteur Auzoux, milieu XIXème, 26 X l 0,5 X 16,5 cm, papier mâché peint. 
Modèle pédagogique attribuée au Docteur Thomas Jérôme Louis Auzoux (1797-1878). 
Grâce au côté gauche amovible, nous pouvons voir la disposition intérieure de ses cavités, les reliefs du muscle cardiaque, les valves, les valvules et leurs cordages. Étiquettes contrecollées pour nommer toutes les parties. 
Estimation : 1 200 €
Louis Thomas Jérôme Auzoux (1797 -1880) à Paris, est un médecin français, internationalement connu comme créateur de nombreux modèles anatomiques utilisés dans l’enseignement de la médecine humaine et vétérinaire.
Louis Auzoux est le concepteur d’une anatomie qu’il a appelée clastique (du grec klastos mis en morceaux) dont le principe est l’articulation d’une pièce anatomique en ses constituants élémentaires que l’observateur peut démonter et remonter à loisir pour en observer la forme, la taille et les rapports respectifs.


ENSEMBLE DE MOULES À SUPPOSITOIRES ET MOULES À OVULES EN ÉTAIN. XIXE SIÈCLE
Double moule et leur cloche 
Double moule et leur présentoir 
Moules à ovules et leur présentoir 
Moule en étain à suppositoire unique, début XIXe siècle
Estimation : 1 500 €

PHARMACIE DE VOYAGE en bois avec ses flacons, son mortier et son pilon. XIXème siècle
Estimation : 500 €

VENTE AUX ENCHÈRES - VENDREDI 9 MARS 2018

EXPOSITIONS PUBLIQUES  - JEUDI 8 MARS DE 11H À 21H ET VENDREDI 9 MARS DE 11H À 12H.