Le 19 juin 2017 à Drouot la Maison de vente Magnin Wedry organisait une vente de Prestige dans laquelle était dispersé un exceptionnel ensemble d’oeuvres de Joseph Csaky provenant de la Collection Andrée VANBREMEERSCH, amie intime de l’artiste. 

Comprenant un granit, des plâtres originaux, des plâtres d’atelier ainsi que des bronzes, cette collection a été constituée par des achats directement à l’artiste mais également des cadeaux et une acquisition auprès du collectionneur KELEKIAN.

Produit Global de la vente : 764 985 € frais compris 

342 800 € frais compris pour l’ensemble des oeuvres de Csaky provenant de la Collection Andrée Vanbremeersch.


231 620 € frais compris 
RECORD MONDIAL POUR UNE SCUPTURE EN PIERRE 
Joseph CSAKY (1888-1971)

Panthère, 1928
Granit blanc rosé, signé sur la terrasse.
Dim. : 41 x 65 x 30 cm
Sur son socle d’origine en chêne.
Très petit éclat sur le socle.
Provenance : Ancienne collection Jacques Kelekian, par descendance, son fils.
Acquis de ce dernier par l’actuel collectionneur, sur les conseils de l’artiste en 1960.
LOT 99

27 550 € frais compris - RECORD MONDIAL POUR UN BAS-RELIEF
Joseph CSAKY (1888-1971)

Femmes et enfant dits aussi Trois femmes et un enfant nus, 1948
Bas-relief, plâtre d’atelier, montage d’origine en bois et empreinte réalisée par l’artiste.
Signé en haut à gauche et daté.
Dim. : 95 x 79 cm
LOT 105

17 277 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

Nu féminin debout dit aussi Femme bras croisés dans le dos, 1947
Bronze à patine brun-doré, fonte du vivant de l’artiste, sans cachet de fondeur. Signé et daté
Dim. : 52,3 x 12,5 x 12,5 cm
Provenance : Acquis de l’artiste par l’actuel collectionneur en 1957 pour 60 000 anciens francs. Cette oeuvre est le premier achat du collectionneur auprès de Csaky.
LOT 100

13 270 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

Maternité, 1957
Bas-relief, plâtre d’atelier, signé et daté.
Dim. : 38 x 24 cm
Provenance : Acquis de Csaky par l’actuel collectionneur vers 1960.
LOT 108

11 270 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

Nu assis, jambes pliées, fermées, 1966
Plâtre original, filasse, signé sur la terrasse.
Dim. : 53 x 19 x 33,5 cm
Provenance : Acquis de l’artiste par l’actuel collectionneur le 19 janvier 1970 pour 1 500 nouveaux francs.
LOT 107

10 650 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

Nu assis, jambes pliées, ouvertes, 1966
Plâtre original, filasse, signé sur la terrasse.
Di. : 53 x 30 x 14 cm
Provenance : Acquis de l’artiste par l’actuel collectionneur le 14 janvier 1970 pour 1 500 nouveaux francs.
LOT 106

10 020 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

Pureté ou Pudeur, 1958
Bronze patiné brun, signé et daté.
Fonte d’édition de Susse réalisée du vivant de l’artiste, sans cachet de fondeur. 
Dim. : 81 x 17,7 x 16,5 cm
Provenance : Le bronze, acquis de l’artiste par l’actuel collectionneur vers 1959. Le plâtre d’atelier a été acquis cers 1960 auprès de l’artiste par l’actuel collectionneur après que cette oeuvre ai figuré dans la première rétrospective Csaky à Budapest en 1959. 
LOT 101

10 020 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

L’Ecuyer, dit aussi L’Homme au cheval
Plâtre d’atelier, 1933.
Signé sur la terrasse à l’arrière du cheval.
Dim. : 32 x 41 x 20 cm
Provenance: Ancienne collection de l’artiste, offert par ce dernier à Mme Andrée Vanbremeersch vers 1960.
LOT 104

6 260 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

La panthère, 1928
Plâtre d’atelier, filasse et armature fer, entièrement retravaillé par l’artiste, non signé.
Dim. : 38 x 65 x 30 cm
Provenance : Ancienne collection Jacques Kelekian par descendance, son fils. Par l’intermédiaire de l’artiste, acquis de Kelekian fils par l’actuel collectionneur en 1960.
LOT 103

4 880 € frais compris
Joseph CSAKY (1888-1971)

Femme assise sur ses genoux, 1959
Bronze à patine brun-rouge, fonte d’édition post mortem de Delval, cachet de fondeur. Signé et numéroté 1/8
Haut. : 30 cm
Tirage effectué à partir du plâtre d’atelier acquis de l’artiste par l’actuel collectionneur en 1969 pour 500 nouveaux francs. 
LOT 102

AUTRES BELLES ENCHERES 

91 396 € frais compris 
MONGOLIE

Bouddha en bronze doré sur un socle de lotus stylisé.
Manque la mandorle.
Hauteur: 20 cm
LOT 152

77 624 € frais compris 
CHINE - XVIIIe/XIXe siècles

Gong en bronze et émaillé polychrome de chaque côté d’un décor de dragons impériaux à cinq griffes avec des inscriptions.
Signé.
Dim. : 38,2 x 21 cm
LOT 151

65 104 € frais compris
CHINE - XVIII /XIXe siècle

Groupe en néphrite céladon et rouille, dragons et boucs.
Dim. : 6,5 x 10 cm
LOT 141

23 160 € frais compris 
Sainte Marthe

Ronde-bosse en pierre calcaire anciennement polychromée
Centre de la France, dernier quart du XVe siècle.
Porte l’initiale A et un maillet au revers sur la base.
Hauteur : 100 cm
Provenance : Ancienne collection Serge Le Tellier.
Cette sculpture pleine de retenue et de précision représente sainte Marthe, soeur de Lazare et de Marie de Béthanie ayant dompté la fameuse Tarasque de Tarascon. C’est pourquoi elle porte de la main droite un mortier et de l’autre le fragment de l’aspersoir avec lequel elle a aspergé d’eau bénite le monstre. Le traitement de son visage émacié, des drapés très vifs et angulés de son voile et de ses vêtements, la douce sérénité émanant de toute son attitude témoignent d’un travail de haute qualité d’un atelier qui a été influencé par différents courants artistiques tant du Bourbonnais que de la Champagne et de la Bourgogne
LOT 93

11 520 € frais compris 
Jean-Dominique INGRES (1780-1867), entourage de

Portrait de l’artiste à l’âge de vingt-quatre ans
Huile sur toile.
Dim. : 85 x 65 cm
Cadre en bois et stuc doré du XIXe siècle à motif de feuillage.
D’après le portrait du peintre par lui-même exécuté vers 1805 (toile, 77 x 61 cm) et conservé au musée Condé de Chantilly (Cf. Nicole Garnier-Pelle, Les Tableaux de Chantilly, la collection d duc d’Aumale, pp. 238 & 239 - ESFP 2009).
Cette copie, qui reprend la version définitive de l’autoportrait de J.-D. Ingres, exposée au Salon de 1806 mais modifiée avant 1851, serait, d’après une tradition familiale, l’?uvre de Palmyre Meurice (1819-1874), fille du peintre Jean-Pierre Granger (1779- 1840) et épouse de Paul Meurice (1818-1905) exécuteur testamentaire de Victor Hugo. Elle aurait été réalisée sous la direction du maître, qui se trouvait être son parrain.
Elève de J. L. David, Jean-Pierre Granger devança J.-D. Ingres comme lauréat du Prix de Rome en 1800. Palmyre Meurice, outre son activité de compositeur musical (L’Etoile), fut aussi dessinatrice. Ingres a laissé d’elle un portrait à la mine de plomb (1843) exécuté lors de son mariage (1843) conservé au musée Victor Hugo (Paris)
LOT 25