Le 23 octobre prochain la maison de vente Magnin Wedry en partenariat avec Florent Barbarossa consacrera une vente à la figure de l’homme dans l’art.

Cette quatrième édition de la vente Masculin/Masculin offrira aux amateurs un voyage par delà les siècles et les techniques : 

La Sculpture virile se déclinera dans toute la diversité de ses supports, des fragiles biscuits et terres cuites aux puissants marbres et bronzes, illustrant les canons grecs jusqu’aux modèles contemporains. 

Les traits de l’Homme apparaîtront sous le crayon ou le pinceau d’artistes de toutes les époques au travers de gravures, dessins et tableaux, des académies du XVIIe siècle au nu dans l’atelier de Sam Szafran. 

La Photographie rendra hommage à la figure masculine par les oeuvres de ses pionniers comme le Baron Wilhem Von Gloeden jusqu’à celles de leurs héritiers tel que Bruce Weber, mais également des magazines des années 50/60 comme Adonis, Physic Pictorial … qui ont inspirés entre autres David Hockney comme on peut le voir actuellement dans l’exposition au Centre Pompidou. 

Pour parfaire l’image de l’Apollon, seront également proposés au enchères les bijoux, accessoires et la mode de l’homme élégant. 
L’ensemble de ces oeuvres révèlent ainsi l’univers de l’homme et sa représentation à travers les siècles. La figure masculine fut source d’inspiration pour les plus grands artistes et, du XVIIe au XIXe siècle, le fondement de la formation académique, constituant ainsi une ligne de force de la création occidentale.

Les oeuvres seront présentées selon six déclinaisons de la figure masculine : l’innocence de l’Ephèbe, les charmes parés de l’Elégant, la vision exaltée du Mythique, la force des Guerriers, l’académique Modèle et les visions inclassables de l’Homme dans tous ses états.


ECOLE FRANÇAISE XIXE SIÈCLE
Les Lutteurs
H: 60 cm L: 75cm P: 40 cm
Est. : 12.000/15.000€

Gaetano D’AGATA (1883-1949)
Caïn, c.1930
Tirage argentique d’époque
Signé à l’encre sur l’image
39 x 29 cm
Estimation : 2.000/3.000€
Un des proches assistants de Wilhelm von Gloeden à l’apogée de sa carrière, vers les années 1910, certaines photographies signées par D’Agata sont réalisées dans le jardin de Gloeden.
Surtout connu pour sa production de photographies artistiques de paysages, reproduites par dizaines de milliers en carte postale.
Parallèlement, il réalise des nus masculins entre 1920 et 1930.
Notre photographie est un hommage direct à son Maître Gloeden, qui est une reprise de «Jeune homme nu assis au bord de la mer» d’Hippolyte Flandrin peint à Rome en 1836 et aujourd’hui conservé au Louvre.
 

Raoul François LARCHE (1860-1912)
Vingt ans 
Épreuve en bronze à patine médaille. 
Signé et cachet de fondeur. «Siot-Decauville, Paris» sur la terrasse. 
H. 90 cm
3.000/4.000€

Patrick SARFATI 1958) 
Jacques de Bascher - 1983
Tirage argentique 2017. 1/8, signé et daté.
30 x 20 cm 
Estimation : 200/300€
Patrick Sarfati, Prix de la jeune photographie européenne en 1989. 
Portraits réalisés sur commande au 202, rue de Rivoli en 1983, il vient de s’y installer après avoir quitté l’appartement de la place Saint Sulpice. Karl Lagerfeld souhaite qu’ils y vivent tous les 2, Jacques ayant son duplex deux étages au-dessus de l’appartement de Lagerfeld, mais le styliste n’y passe qu’une seule nuit, au milieu de celle-ci il se lève et repart vivre rue de l’Université.
Il pose avec son ours Mishka, qui l’accompagne toute sa vie, cousu et recousu maintes fois pour y cacher sa cocaïne, avec le chapelet ce sont les deux objets qui seront placés dans son cercueil.


ÉCOLE BOLONAISE vers 1670
Narcisse 
Huile sur toile 
124 x 94cm

Jean Baptiste CARPEAUX ,Valenciennes (1827-1875)
Le Génie de la Danse
Terre cuite 
H: 55cm
Signée JB Carpeaux et cachet «Propriété Carpeaux».
Estimation : 5.000/6.000€
Bibliographie : en rapport : 
Michel Poletti et Alain Richarme, ‘Jean-Baptiste Carpeaux sculpteur, catalogue raisonné de l’oeuvre édité’, Paris, 2003, p. 56, modèle référencé sous le n° SA 4 
Trois ans après avoir remporté à la surprise générale le chantier de l’Opéra qui aujourd’hui porte son nom, Charles Garnier proposa à son ancien camarade de la Petite-Ecole et désormais Prix de Rome la réalisation de l’une des quatre sculptures de la façade. Après divers projets et maintes modifications Carpeaux commence en 1868 la réalisation en pierre de ‘La Danse’. 
Lors de la découverte au public le 27 juillet 1869, la presse se déchaine et dénonce cette farandole endiablée de corps nus qui lui semble être un outrage aux bonnes moeurs. Un mois plus tard la polémique persiste et la statue essuie le jet d’une bouteille d’encre dont elle garde la trace. Mais c’est Carpeaux qui reste marqué par cet échec, quand Napoléon cédant à l’opinion public décide de faire retirer ‘La Danse’. La guerre éclate pourtant qui sauve la statue. 
De cet ensemble Carpeaux réalise de nombreuses réductions qui connaissent un immense succès. A la figure en pied du génie revient la place d’honneur car c’est elle qui incarne le mieux l’élan allégorique de ce groupe et sa grâce un temps incomprise. Indécis quant au sexe du génie, Carpeaux emprunta à Sébastien Visat, menuisier de vingt ans, son corps svelte et sain, et à la princesse Hélène de Racowitza cet éclatant sourire. Dans une figure frémissante de vie et de délicatesse, ce sculpteur fils de maçon et précepteur de Prince réussissait l’une des synthèses les plus brillantes de sa carrière. 
Le ‘Génie de la Danse’ est l’un des sujets les plus prisés issus du groupe de La Danse. Le sujet fut édité en trois formats différents et majoritairement en bronze. Les exemplaires en terre cuite tirés par l’atelier sont beaucoup moins fréquents.


Johann Peter MOLIN (1814-1873)
La mort des guerriers
Biscuit de la Manufacture de Gustavsberg vers 1900.
H: 85 cm
Estimation : 3.000/4.000€
Oeuvre similaire dans la vente du 29 septembre 2008. Sothebys Amsterdam.
La sculpture a été réalisée à PARIS en 1858 pendant le sejour de Johan Peter MOLIN
Les premières esquisses datent de 1840.
Les modèles des visages sont les amis de MOLIN : Gunnar Wennerberg et Hans Forssell
La première version en zinc qui ne comprend pas d’inscriptions runiques fut présentée au salon de Paris de 1859. Elle fut présentée à l’académie de Stockholm l’année suivante.
C’est le tirage en bronze de la manufacture GEISS, présenté à BERLIN en 1862 qui lui assura la consécration internationale.
Elle fut ensuite présentée à l’exposition international de LONDRES.
Le sujet est tiré de l’histoire de EDDAN écrite en vieux nordique que MOLIN reprit dans une version figurant dans la chronique HAMDISMAL.
Attachés l’un à l’autre par la ceinture, les deux compagnons vont se battre à mort et périr tous les deux .
Ils symbolisent l’attachement des guerriers dans la vie et la mort.
La manufacture suédoise de porcelaine de Gustavsberg existe depuis 1825.


Arthur TRESS (1940)
Sans titre, c. 1970
Tirage argentique réalisé circa 1980, tampon au verso.
Dim. : 25 x 20 cm
Estimation : 500/600€

VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES – HÔTEL DROUOT – Salle 10
Lundi 23 octobre 2016 à 14h

EXPOSITIONS PUBLIQUES
Samedi 21 et dimanche 22 octobre 2016 de 11h à 18h